Manger varié… mais aussi équilibré !

société

«Promouvoir la diversité alimentaire, oui, mais sans oublier la qualité», alertait le Pr François Mariotti, enseignant et chercheur à AgroParisTech, aux côtés d’Aurée Salmon-Legagneur, du centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc), à l’occasion de la conférence organisée par le Fonds français pour l’alimentation et la santé (FFAS), le 20 mars 2018.

En effet, les enquêtes Comportements et consommations alimentaires en France (CCAF), représentatives des ménages français, ont montré une baisse très nette de la diversité alimentaire sur les quinze dernières années, en particulier chez les jeunes adultes.
Les fruits et légumes sont les aliments qui en ont le plus pâti.
En utilisant les données de l’Étude INCA 2, l’équipe du Pr François Mariotti a montré que, si la diversité alimentaire est bien associée à l’adéquation nutritionnelle (couverture des principaux besoins en nutriments), elle est aussi corrélée à un excès d’apports en aliments dont la consommation doit être limitée (produits sucrés) et à un excès de poids.
Dans un contexte d’abondance comme le nôtre, la variété de l’offre favorise donc la surconsommation de produits énergétiquement denses et de mauvaise qualité, très présents dans l’offre.
La diversité des apports doit donc être encouragée uniquement dans les groupes d’aliments dont la consommation est recommandée par le PNNS. En résumé, variez les légumes pas les sucreries !