L’éducation nutritionnelle efficace pour améliorer les comportements alimentaires

Comportements alimentaires

Nutrition infos

Une étude de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) parue dans la Revue d’épidémiologie et santé publique montre que les comportements en matière d’alimentation et d’activité physique sont positivement corrélés à la connaissance des recommandations nutritionnelles véhiculées par le Programme national nutrition santé (PNNS). Cependant, pour certains groupes d’aliments tels que la viande et la volaille, l’œuf et les produits liés à la pêche (VPO), l’écart observé entre connaissances nutritionnelles et comportements alimentaires reste important, ce qui suggère la nécessité d’actions parallèles pour tenter d’améliorer les facteurs environnementaux susceptibles de favoriser une alimentation de qualité.

Les auteurs ont utilisé les données du Baromètre santé nutrition entre 1996 et 2008, une vague d’enquêtes téléphoniques déclaratives menées sur 4 714 personnes âgées de 12 à 75 ans. Ce baromètre a permis de recenser et de mesurer l’évolution des comportements, des attitudes, des connaissances et des perceptions d’un échantillon représentatif de la population française en matière d’alimentation et d’activité physique. Pour six des neuf repères nutritionnels du PNNS, les chercheurs ont utilisé des régressions logistiques multivariées afin d’analyser la corrélation entre connaissances des repères et comportements des 18-75 ans. Des variables d’ajustement sociodémographiques (sexe, âge, niveau de diplômes, région, taille d’agglomération, niveau de revenu, catégorie socio-professionnelle) ont été introduites pour le calcul des odds ratios (OR).

Les chercheurs ont démontré des associations positives entre la connaissance des recommandations nutritionnelles et le niveau d’activité physique (OR = 1,5) d’une part, et la fréquence de consommation de fruits et légumes (OR = 1,7), de produits laitiers (OR = 1,6), de féculents (OR = 1,6), et de poisson (OR = 5,0) d’autre part. Aucune corrélation significative n’a cependant été établie entre connaissances nutritionnelles et consommation de VPO.

Alors que l’éducation nutritionnelle constitue aujourd’hui un des axes principaux de la politique nutritionnelle française, ces résultats soulignent l’intérêt de poursuivre les actions d’information et d’éducation auprès de la population. Mais d’autres stratégies permettant d'améliorer l’environnement et l’offre alimentaire doivent être menées en parallèle, notamment  dans le but de faciliter l’accès aux aliments favorables à la santé des personnes les moins favorisées.

Source : Escalon H et al. Associations between knowledge of the National Nutrition and Health Program recommendations, and eating behaviour and physical activity practice. Revue d’épidémiologie et santé publique. 2013;61(1):37-47.

Camille Aulas

Crédit photo : Joel Terrell - sxc.hu