La CLCV dénonce un mauvais niveau d'hygiène dans les restaurants parisiens

Hygiène


© Kcline - istock

Sur son site Internet, le ministère de l’Agriculture a rendu publics les résultats des contrôles d’hygiène effectués dans 1 500 restaurants à Paris et 200 à Avignon, du 12 juillet 2015 au 31 décembre 2015. Ces résultats pouvaient être affichés de façon facultative sur la devanture des restaurants concernés sous la forme d’un QR-Code qui renvoyait sur le site. 

La CLCV, l’association nationale de défense des consommateurs et usagers, a analysé ces résultats. La CLCV a noté que seulement 34 % des établissements parisiens ont obtenu un « bon » niveau d’hygiène. Un peu plus de la moitié ont obtenu un niveau « acceptable » et 8 % un niveau d’hygiène « à améliorer ». Les notes étaient meilleures à Avignon, où 62 % des restaurants ont obtenu un niveau d’hygiène « bon », 37 % un niveau « acceptable » et 1 % un niveau « à améliorer ».

L’association de consommateurs met ces résultats en parallèle avec « la hausse, selon l’Institut de veille sanitaire, depuis 2002, de la part des toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) déclarées en restauration commerciale, relativement aux autres lieux d’alimentation (domicile, restauration collective) ». Ainsi, la CLCV note qu’« en 2013, la restauration commerciale représentait ainsi le premier lieu de TIAC (39 % vs 33 % en restauration collective et 28 % au domicile) ». La CLCV s’interroge alors sur « la pression de contrôle existante », qui ne lui « paraît pas suffisante ».

Concernant la mise à disposition des résultats, peu de restaurateurs les ont affichés sur leur devanture. À Paris, sur 188 relevés, seulement 7 restaurants ont apposé le QR-Code sur leur devanture. Sur Avignon, 13 restaurateurs sur les 45 relevés l’affichaient. Or, selon l’association, « il est important que les consommateurs sachent où ils mettent les pieds ». Suite à ces résultats, la CLCV propose un affichage obligatoire des résultats, qui serait étendu à d’autres établissements, et davantage de contrôles et de sanctions en cas de manquements.

Florence Bozec