Pesticides : quels sont les pays les plus contaminés ?

pesticides


© Dmitry P - flickr.com

96,7 % des légumes produits en France et évalués par l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) contiennent des concentrations de résidus de pesticides qui se situent dans les limites légales autorisées, selon le rapport annuel 2013 de l’Efsa sur les résidus de pesticides dans les aliments. Cela nous classe en 4e position des pays européens les plus contaminés. 

Pour ce rapport, les 29 pays déclarants mènent deux programmes de surveillance : un programme national conçu par chaque pays, et un programme coordonné par l’UE prévoyant que toutes les autorités nationales de contrôle alimentaire surveillent le même « panier » de produits alimentaires. Un total combiné de 80 967 échantillons issus d’une grande variété de produits alimentaires transformés et non transformés ont été testés pour y contrôler la présence de 685 pesticides. Les principaux résultats sont les suivants :

  • 97,4 % des échantillons analysés se situaient dans les limites légales ;
  • 54,6 % des échantillons ne contenaient aucun résidu détectable ;
  • 1,5 % dépassaient nettement les limites légales, compte tenu de l’incertitude de mesure, déclenchant alors des sanctions juridiques ou administratives à l’encontre des exploitants du secteur alimentaire responsables ;
  • des résidus de plus d’un pesticide (résidus multiples) ont été détectés dans 27,3 % des échantillons.

5,7 % des produits importés dépassent les limites légales

La majorité des échantillons (68,2 %) ont été prélevés dans des aliments originaires d’Europe, tandis que 27,7 % provenaient d’aliments importés depuis des pays tiers. Le pourcentage d’échantillons issus de pays tiers dépassant les limites légales était plus élevé (5,7 %) que celui pour les pays de l’UE/EEE (1,4 %). « Toutefois, les taux de dépassement pour les aliments importés ont baissé de près de deux points de pourcentage (depuis 7,5 %) depuis 2012 », note l’Efsa. « En dehors de l’Europe, les plus hauts taux de dépassement des limites légales ont été détectés pour l'Ouganda [35,7 %], le Cambodge [31,9 %], la Malaisie [30,9 %], le Vietnam [19,6 %], l'Inde, la Thaïlande, la Jordanie, la République dominicaine, la Chine et le Sri Lanka (tous au-dessus de 10%) », précise le rapport.

Le niveau de résidus en Europe

En ce qui concerne les échantillons provenant des pays déclarants, les taux les plus élevés de dépassement des limites légales étaient signalés pour les produits originaires d'Islande, de Bulgarie et du Portugal, juste avant la France ! À l’inverse, l'Islande, la Roumanie, le Danemark, la Lettonie, l'Irlande, l'Autriche et la Finlande sont en tête du classement des pays présentant des échantillons sans aucun résidu détectables (plus de 75% des échantillons).

Quels sont les résultats français ?

Pour les aliments produits en France, 3,3 % des échantillons testés contiennent des pesticides à des quantités supérieures aux limites légales et 41 % en contiennent à des quantités inférieures. Ces chiffres nous classent en 4e position de cette étude des pays producteurs les plus contaminés. De plus, par rapport à l’année précédente, les données présentées par l’Efsa montrent une légère augmentation.
Parmi les douze légumes échantillonnés en France et analysés par l’Efsa, 1,4 % présentaient un dépassement de la dose maximale autorisée. Le chou pommé et la laitue étaient les plus contaminés puisque 4,5 % et 4,3 % des échantillons dépassaient les limites légales.

Le risque d’être exposé à des concentrations nocives de produits est jugé faible par l’Efsa

L’EFSA a utilisé les données du programme coordonné par l’UE pour évaluer si l’exposition alimentaire actuelle aux résidus de pesticides était susceptible de représenter un risque pour la santé humaine à long terme (exposition chronique) ou à court terme (exposition aiguë). L’Autorité a conclu qu'il était improbable que la présence de résidus de pesticides dans les aliments ait un effet à long terme sur la santé des consommateurs. En ce qui concerne l’exposition à court terme, le risque pour les citoyens européens d’être exposés à des concentrations nocives de résidus par le biais de leur alimentation a été considéré comme faible.

Source : Efsa. The 2013 European Union report on pesticide residues in food.

VCD