Une nouvelle allégation santé pour Primevère

La commission européenne autorise officiellement, et notamment Primevère, à parler de l’effet bénéfique que peut avoir, dans l’alimentation, le remplacement des acides gras saturés par des acides gras insaturés sur la réduction du cholestérol. Cette nouvelle allégation « réduction du cholestérol » a été publiée au Journal Officiel de l’Union Européenne (JOUE), le 18 novembre dernier.

Cette allégation de santé, visée par l’article n° 14 du règlement européen n°1924/2006 entre dans la catégorie « allégation de santé relative à la réduction d’un risque de maladie », concerne les « acides gras mono/polyinsaturés » ; elle est utilisable uniquement pour les matières grasses et les huiles. Elle stipule et valide : « Il a été démontré que la consommation de matières grasses riches en acides gras insaturés dans l’alimentation en remplacement de matières grasses riches en acides gras saturés abaisse/réduit le taux de cholestérol sanguin. Une cholestérolémie élevée constitue un facteur de risque de développement d’une maladie cardiaque coronarienne ».

Les experts du service Nutrition de l’Institut Pasteur de Lille ont pu démontrer dans le cadre de l’étude, PRIMCHOL’2, menée de 2003 à 2004, que les matières grasses Primevère (tartine et cuisson) avaient un effet hypocholestérolémiant chez des sujets ayant une élévation excessive du cholestérol LDL. Cent vingt et une personnes ont suivi ce protocole de recherche clinique. Les résultats ont montré que pour des personnes ayant un excès de cholestérol et conservant une alimentation relativement riche en lipides, la consommation en petite quantité des matières grasses riches en insaturés, comparativement à la consommation de matières grasses riches en acides gras saturés, entraînait une baisse du cholestérol LDL dans le groupe Primevère et une élévation dans le groupe témoin.