Huile de palme durable : état des lieux

ENVIRONNEMENT

Le 20 avril dernier, l’Alliance française pour une huile de palme durable a réuni des représentants d’ONG, pouvoirs publics, pays producteurs, organismes de recherche et des acteurs du secteur privé (industriels, distributeurs, établissements bancaires) pour leur présenter l’avancée de ses travaux depuis un an.

L’Alliance a ainsi fait état de la politique d’approvisionnement en huile de palme de ses membres : en 2016, 98 % de l’huile de palme achetée par ses membres provient de la filière durable (contre 45 % en 2012), dont 75 % est tracée jusqu’aux plantations. L’Alliance a également exposé sa feuille de route à l’horizon 2020 reposant sur 5 missions
prioritaires :
• l’engagement zéro déforestation ;
• le soutien aux petits producteurs au travers du partenariat noué
avec le Cirad et d’un dialogue permanent avec les pays producteurs ;
• l’intervention de l’Alliance dans la révision des principes et critères
de la RSPO prévue en 2018 ;
• mieux appréhender les enjeux du secteur des biocarburants ;
• améliorer les conditions de travail dans les plantations d’huile de palme.
Cet événement a aussi été l’occasion de présenter la plate-forme SALSA, programme de recherche et de formation dans la filière du palmier à huile implémenté en Asie du Sud-Est, conduite par le Cirad et bénéficiant du soutien de l’Alliance. Enfin, l’IDDRI a présenté une méta-analyse des initiatives de durabilité existantes dans la filière du palmier à huile, une étude ayant également reçu le soutien de l’Alliance. Celle-ci conclut que favoriser la durabilité de la production d’huile de palme consiste simultanément à :
• renforcer les capacités des petits producteurs indépendants ;
• freiner l’expansion de la culture du palmier à huile dans les zones à préserver et mettre en place un système de surveillance ;
• mieux encadrer les pratiques en plantations industrielles à grande échelle.