Les pistaches : un atout pour la santé

publi-rédactionnel


© SasaJo - istock

Les pistaches peuvent constituer un véritable atout pour l’organisme. Leur profil sain, qui ressortde nombreuses études cliniques et épidémiologiques, a conduit l’Organisation mondiale de la santé à recommander de les inclure dans l’alimentation des adultes. 

Les pistaches sont composées de nutriments importants pour la santé : phytostérols, antioxydants, acides gras mono-insaturés, fibres, protéines, potassium, permettant des apports journaliers supérieurs en calories et nutriments d’intérêt, tout en réduisant les apports en sucres ajoutés, acides gras saturés et sodium. Source de vitamines B, magnésium, cuivre, manganèse, elles constituent de parfaits encas pour accompagner un régime diversifié, un stylede vie actif. Des études montrent d’ailleurs que le poids des consommateurs de pistaches est moins élevé que celui des non-consommateurs. Le constat est identique pour la prévalence de l’obésité.
De même, la consommation de pistaches peut jouer un rôle sur le tonus et l’humeur grâce au fer, magnésium et acide folique qu’elles contiennent, qui contribuent à réduire la fatigue. La vitamine B6 aide de son côté à réguler les niveaux hormonaux, pour éviter d’être à fleur de peau dans la journée, tandis que la thiamine, également présente dans les pistaches, permet de garder un bon équilibre mental et, par conséquent, de se sentir bien dans sa peau et dans sa tête au quotidien.

Un rôle protecteur contre les maladies cardiaques et métaboliques

Les atouts des pistaches vont au-delà du seul bien-être. Leur composition riche en antioxydants variés, comme la vitamine E, les polyphénols et les caroténoïdes (lutéine et zéaxanthine), leur permet en effet d’être bénéfiques pour la santé cardiaque. Une étude parue dans le Journal of Nutrition a ainsi conclu que la consommation quotidienne de 42,5 g de pistaches peut aider à élever les taux d’antioxydants dans le sang, contribuant à accroître un des mécanismes de protection contre les maladies cardiovasculaires, notamment les attaques cardiaques et accidents vasculaires cérébraux, responsables chaque année du décès de quelque 17 millions de personnes dans le monde.

De nombreuses enquêtes soulignent également les bénéfices potentiels de la consommation de pistaches sur la glycémie, le diabète ou encore le syndrome métabolique. Les pistaches sont en particulier riches en chrome, qui contribue à maintenir un taux normal de glucose dans le sang. Deux études suggèrent ainsi qu’elles atténuent la hausse de la glycémie après un repas lorsqu’elles sont combinées à des aliments riches en glucides, tantchez des individus en bonne santé que chez des individus atteints du syndrome métabolique. De même, l’ajout de pistaches semble positif chez les diabétiques de type 2, avec une baisse prononcée à la fois de l’HbA1c (marqueur du contrôle glycémique) et des concentrations glycémiques à jeun chez les consommateurs de pistaches par rapport aux non-consommateurs. Des études ont montré que la consommation de 16 g de noix par jour est associée à une occurrence inférieure de syndrome métabolique et d’obésité.
Les pistaches sont aussi une source importante d’acides gras insaturés et mono-insaturés, qui semblent avoir un effet bénéfique sur le taux de lipides dans le sang : remplacer les acides gras saturés par des acides gras insaturés dans un régime contribue à conserver un taux normal de cholestérol sanguin. Ce profil lipidique intéressant est renforcé par la teneur des pistaches en phytostérols (en particulier des β-sitostérol) : ces substances dérivées des plantes interfèrent avec l’absorption du cholestérol provenant des autres aliments.

Enfin, les diverses propriétés cardio-protectrices des pistaches ont incité les scientifiques à enquêter sur leur effet sur la fonction érectile. L’ajout de 100 g de pistaches au régime alimentaire quotidien conduit à une amélioration de cette fonction, après 3 semaines.

Un atout pour la récupération musculaire et la santé artérielle

La richesse de composition des pistaches constitue également un atout après une activité physique. De fait, des preuves émergentes indiquent que les antioxydants peuvent aider à la récupération musculaire. Or, les pistaches sont une source naturelle d’antioxydants, lutéine, β-carotène et γ-tocophérol.

La consommation de protéines, après un effort physique, est bénéfique pour la récupération musculaire. L’Academy of Nutrition and Dietetics suggère d’ailleurs de prendre un mélange de protéines et de glucides 15 à 20 minutes après l’effort, pour une récupération musculaire optimale et une reconstitution des réserves en glycogène des muscles. Or, les pistaches sont une source de protéines : une portion de 28 g, accompagnée de fruits, est considérée comme un excellent encas après un entraînement fatiguant.

Un autre composant des pistaches apparaît en outre tout aussi majeur : le potassium. Cet électrolyte joue un rôle important dans les fonctions corporelles normales, contribuant aux fonctions nerveuses et musculaires. L’ingestion d’aliments riches en potassium semble ainsi préserver la masse musculaire chez les adultes de plus de 50 ans, qui perdent cette masse musculaire. Chez les sportifs, l’impact est également primordial : l’organisme perd en effet du potassium avec la sueur, lors d’activités physiques intenses, ce qui peut entraîner une faiblesse musculaire. Après un effort, consommer des aliments contenant du potassium, avec de l’eau, aide donc à reconstituer les réserves de ce minéral. Or, les pistaches en sont riches : une portion de 28 g en contient autant que la moitié d’une grosse banane. Enfin, le potassium possède un autre atout : son ajout dans un régime alimentaire équilibré contribue au maintien d’une pression artérielle normale et donc à la santé artérielle.

Un impact sur le risque de certains cancers

La consommation de pistaches semble aussi avoir un impact favorable sur la survenue de certains cancers.Dans une vaste étude prospective publiée dans le British Journal of Cancer, les chercheurs ont observé la relation entre consommation de noix, dont les pistaches, et risque de cancer du pancréas : il en ressort que le risque de survenue de ce cancer est significativement moindre chez les femmes qui consomment une portion de 28 g de noix, dont les pistaches, au moins deux fois par semaine, par rapport à celles qui en mangent rarement.