Comment sont perçues les protéines végétales en France ?

 

© keddy_photo - iStock

Tous les deux ans, le groupe d’études et de promotion des protéines végétales (GEPV) propose un état des lieux actualisé de la consommation et de la perception des matières protéiques végétales (MPV). Le dernier baromètre a été réalisé fin 2014 avec l’aide du CSA auprès d’un échantillon de 1015 internautes âgés de plus de 18 ans et représentatifs de la population française. Il révèle une perception positive des protéines végétales auprès des Français car une grande majorité les considèrent bonnes pour la santé (93 %), complémentaires des protéines animales (83 %), bonnes pour l’environnement (78 %) ou encore synonymes de qualité (77%).

De plus, les connaissances sur les protéines végétales semblent progresser : le pourcentage des Français citant les légumineuses / légumes secs comme sources de protéines est ainsi passé de 16 à 26 % entre 2011 et 2014.

Au niveau consommation, les MPV seraient volontairement achetées par un Français sur quatre, en plus forte proportion par les femmes, les CSP+ et les personnes suivant un régime. Malgré un besoin d’être rassuré sur le goût des produits contenant des protéines végétales, 25 % des Français auraient l’intention de consommer plus régulièrement ce type de produits. Et 35 % auraient l’intention de réduire leur consommation de viande pour des raisons de santé (70 %), de prix (39 %) et environnementales (38 %).

Représentant 6,2 milliards d’euros en 2013, le marché mondial des protéines végétales devrait croître et atteindre 8,6 milliards d’euros en 2018, soit 41 % de croissance, selon le GEPV.