Le Pr Serge Hercberg propose quinze mesures pour améliorer l’alimentation des Français

Rapport

Nutrition Infos
© notfrancois - flickr.com

À mi-parcours du troisième volet du Programme national nutrition santé (PNNS 2011-2015) et au terme du Plan Obésité (PO 2010-2013), Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, avait confié aux Pr Hercberg et Basdevant la mission de rédiger une série de propositions concrètes pour la prévention nutritionnelle et la prise en charge des maladies liées à la nutrition. Dans le rapport « Propositions pour un nouvel élan de la politique nutritionnelle française de santé publique » remis fin janvier à la ministre, les deux scientifiques préconisent notamment une révision de la réglementation et proposent une série de quinze mesures (cf. encadré) destinées à améliorer l’alimentation des Français.

Dans le premier volet de ce rapport, le Pr Hercberg explique que la prévention nutritionnelle se joue à différents niveaux : il faut améliorer l’offre alimentaire, aider le consommateur dans ses choix alimentaires, mais aussi favoriser la pratique d’une activité physique. Dans cette optique, le scientifique propose une série de mesures et mise sur ces différents volets d’attaque. Par exemple, il émet l’idée d’apposer sur toutes les denrées alimentaires, y compris sur les plats de la restauration collective ou des fast foods, un logo facilement compréhensible jugeant de la qualité nutritionnelle de l’aliment. Taxer les produits les plus gras et les plus salés, ou à l’inverse réduire la TVA des produits nutritionnellement les plus sains, est une autre voie à explorer. La publicité est également dans la ligne de mire du médecin qui préconise l’interdiction de certains types de promotion des produits ou boissons défavorables à la santé, ainsi que la régulation de la publicité en fonction de la qualité nutritionnelle des produits. En outre, le médecin rappelle que les populations défavorisées sont les plus touchées par le surpoids et l’obésité et émet plusieurs propositions les concernant : distribution des « coupons fruits & légumes » et « coupons sport » aux populations défavorisées ou implantation dans les zones défavorisées de marchés et de jardins communautaires.

Rédigée sous l’égide du Pr Basdevant, la seconde partie de ce rapport est consacrée à la prise en charge des pathologies associées à la nutrition. Il est rappelé que la nutrition est « un élément thérapeutique important et un facteur pronostic » dans de nombreuses maladies chroniques et que l’obésité n’est pas la seule en cause. La malnutrition, les désordres alimentaires chez les jeunes ainsi que la dénutrition ont notamment été cités.

Source : Hercberg S et Basdevant A. Rapport « Propositions pour un nouvel élan de la politique nutritionnelle française de santé publique dans le cadre de la Stratégie Nationale de Santé », Remis le 28 janvier 2014.

Les quinze mesures du rapport

1. Pérenniser le PNNS (en intégrant le plan Obésité), en tant que programme de santé publique dans le cadre de la stratégie nationale de santé.

2. Mettre en place un système d’information nutritionnelle sur la face avant des emballages des aliments

3. Réguler la publicité en fonction de la qualité nutritionnelle des aliments

4. Taxer (et coupler à une réduction de la TVA) en fonction de la qualité nutritionnelle des aliments

5. Offrir à tous (et notamment aux populations défavorisées) les conditions favorables pour pratiquer une activité physique et sportive

6. Améliorer l’accessibilité à l’eau

7. Améliorer l’offre alimentaire dans les distributeurs automatiques de produits alimentaires

8. Réglementer la teneur en sel et en fibres du pain et des produits de panification

9. Distribution de coupons « fruits et légumes » et « coupon sport » aux populations défavorisées

10. Implanter des marchés et des jardins communautaires dans les zones défavorisées

11. Interdire les promotions au volume pour des aliments et boissons dont la qualité nutritionnelle est considérée comme défavorable à la santé

12. Dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, utiliser le temps périscolaire pour favoriser l’activité physique, promouvoir l’éveil au goût et éduquer à la lecture du système d’information nutritionnelle

13. Promouvoir la diversité de l’image du corps (interdiction des retouches de photos dans les magazines et journaux et de faire défiler des mannequins dont l’IMC est inférieur à 19 et donner un cadre juridique de protection des personnes obèses contre la discrimination)

14. Campagnes de communication gratuites pour l’Inpes sur les chaînes TV publiques et privées

15. Fournir les moyens aux structures concernées de mettre en place l’évaluation des mesures instaurées et l’atteinte des objectifs du PNNS.

VCD