En bref

Le gouvernement souhaite limiter la vente de Roundup aux particuliers

 

La ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, Ségolène Royal, a annoncé mi juin sur France 3 avoir demandé aux jardineries d’arrêter de vendre le pesticide Roundup (glyphosate, Monsanto) classé cancérogène probable par le centre international de recherche sur le cancer (Circ). Le projet de plan Ecophyto 2 prévoit l’interdiction de la vente en libre-service des pesticides au 1er janvier 2018, rappelait l’association écologiste Générations futures et précise que l’interdiction « pure et simple de vente aux jardiniers amateurs » est prévue à l’horizon 2022 dans le cadre de la loi dite « Labbé ». Par ailleurs, l’association regrette que le ministre chargé de l’agriculture, Stéphane Le Foll, n’envisage pas de réduire ou d’interdire les usages du glyphosate en agriculture.

L’interdiction du bisphénol A est-elle constitutionnelle ?

 

Saisi par l'association Plastics Europe, le Conseil d'Etat a demandé au Conseil constitutionnel de se prononcer sur la constitutionnalité de la suspension de la commercialisation des contenants alimentaires comportant du bisphénol A. Selon l’association, cette interdiction porterait une « atteinte non justifiée par le principe de précaution » à la liberté d'entreprendre. Cette substance considérée comme un perturbateur endocrinien est interdite en France dans tous les contenants alimentaires depuis le 1er janvier dernier.

JNAH : trois concours nationaux organisés dans toute la France

 

La 4e Journée Nationale de l’Alimentation à L’Hôpital, en EHPAD et en Maisons de retraite, organisée par l’Union Des Ingénieurs Hospitaliers en Restauration (UDHIR) et par l’Association Française des Diététiciens-Nutritionnistes (AFDN), se déroulera le 16 juin 2015 dans plus de 700 établissements de métropole et d’Outre-mer. À cette occasion, les établissements participants proposeront des animations autour du petit-déjeuner, du déjeuner (menu commun à tous les établissements) et du goûter. Ces animations locales sont accompagnées de trois concours nationaux : « Mon goûter d’anniversaire » en EHPAD et maisons de retraite, « Dessine-moi un goûter » en pédiatrie, « Fruits en fête ! » pour les personnels de cuisine.

L’objectif de la journée : valoriser tous les métiers (acheteurs, ingénieurs et techniciens en restauration, cuisiniers, agents hôteliers, diététiciens, médecins, infirmiers, aides-soignants) et les savoir-faire (profils alimentaires, normes de sécurité, process logistiques…) de la restauration et de la nutrition hospitalières et, ainsi, de modifier le regard des patients et du grand public sur les repas en établissements de santé. La journée bénéficie du Haut Patronage du ministère de l’Agriculture et du label Programme National Alimentation (PNA).

Pour en savoir plus : www.journee-alimentation-hopital.org


 

L'Auvergne lance le concours le New Deal Biotech

 

L’Agence des Territoires d’Auvergne et le Biopôle Clermont-Limagne lance le New Deal Biotech, un concours européen à destination des porteurs de projets innovants dans les biotechnologies (santé, nutrition, cosmétique, chimie verte, environnement). Pendant 1 an, jusqu’à dix lauréats se verront offrir un laboratoire au sein du Biopôle Clermont-Limagne, un salaire mensuel de 1100 euros, un logement et un accompagnement. Les candidats ont jusqu’au 22 septembre 2015 pour s’inscrire sur www.newdealbiotech.com et renvoyer leur dossier.

La lutte contre la dénutrition : une priorité de santé publique

 

Les députés ont voté un amendement écologiste au projet de loi de santé qui inscrit la lutte contre la dénutrition, notamment en établissements d'hébergement pour personnes âgées (Ehpad), comme une priorité de santé publique. Cet amendement crée un article additionnel après l'article 5 quater et note que la politique de santé « contribue à la prévention, au traitement et à la lutte contre la dénutrition, notamment à travers le suivi nutritionnel des [Ehpad] ».

Source : apm.

La cantine pour tous !

 

Les députés ont adopté jeudi 12 mars en première lecture une proposition de loi visant à garantir l'accès de tous les enfants à la cantine, lorsque celle-ci existe. Les établissements qui réservaient l'accès à la cantine aux enfants dont les deux parents travaillent (en excluant notamment les enfants dont l’un des deux parents est au chômage) devront donc réviser leurs méthodes. « L'inscription à la cantine, lorsque ce service existe, est un droit pour tous les enfants scolarisés. Il ne peut être établi aucune discrimination selon leur situation ou celle de leur famille », souligne le texte.

 

Marisol Touraine souhaite s’engager dans la prévention de l’anorexie

 

Interrogée sur deux amendements déposés contre la dénutrition des mannequins pour prévenir l’anorexie, dans le cadre du projet de loi de santé, la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, Marisol Touraine a indiqué qu’elle allait les examiner mais qu’elle devrait les soutenir car elle trouve que le démarche est bonne. « Indiquer que quand on est mannequin, on doit aussi s’alimenter et prendre soin de sa santé, c’est un message important à destination en particulier des jeunes filles, des jeunes femmes qui voient dans ces mannequins des modèles esthétiques », a-t-elle déclaré.

Prix SFN : les dépôts de candidatures sont ouvert jusqu’au 4 mai

 

La Société Française de Nutrition soutiendra un ou plusieurs travaux de recherche en attribuant un prix d’un montant de 20 000 €. « Les prix SFN ont pour but d’aider à la réalisation d’un projet original de recherche portant sur la nutrition au sens large, qu’il s’agisse de recherche clinique, fondamentale ou en santé publique dans les disciplines suivantes : biologie, médecine, agroalimentaire, sciences humaines et économiques », précise la SFN. Les candidats (chercheurs, enseignants-chercheurs, scientifiques ou médecins, diplômés ou en formation) devront être âgés de moins de 40 ans, et réaliser leur projet de recherche en nutrition dans une équipe française.
Le dépôt des candidatures est ouvert jusqu'au 4 mai 2015 minuit.

 

Les perturbateurs endocriniens coûteraient 157 milliards d’euros par an

 

À l’échelle européenne, l’exposition aux perturbateurs endocriniens coûteraient 157 milliards d’euros chaque année en dépenses de santé, selon les résultats d’une étude parue dans le Journal of clinical endocrinology and metabolism. Ce montant représente plus de 1,2 % du PIB européen. Pour arriver à cette conclusion, les experts ont analysé les coûts de santé liés aux pathologies dont la relation de causalité avec l’exposition aux perturbateurs endocriniens est « hautement probable », comme le retard de développement cérébral. 

Source : Trasande L, et al. J Clin Endocrinol Metab 2015 :jc20144324. [Epub ahead of print]

 

Médecine personnalisée : lancement aux Etats-Unis de la Precision Medicine Initiative

 

La Maison blanche a annoncé fin janvier que les Etats-Unis allaient investir plus de 200 millions de dollars pour un programme intitulé "Precision Medicine Initiative" visant à développer la médecine personnalisée. Les National Institutes of Health (NIH) recevront 130 millions pour développer "une cohorte nationale de recherche d'un million ou plus de volontaires pour améliorer notre compréhension de la santé et des malades". Cette cohorte contribuera à plusieurs sources de données : informations médicales, profil génétique, profil métabolique, profil des micro-orgaismes dans et sur le corps des individus, données sur l'environnement et le mode de vie, informations générées par les patients, données fournies par des dispositifs implantés et autres appareils de mesure.

Source : APM.

 

 

Les agriculteurs se sentent investis dans l’agro-écologie

76 % des agriculteurs déclarent que son exploitation est engagée dans la limitation de l’utilisation des intrants, selon l’enquête BVA « Perception de l’agro-écologie par les agriculteurs français ». Les agriculteurs estiment aussi être engagés dans l’amélioration de la qualité des sols (72 %) et dans la préservation des ressources en eau (62 %). De plus, l’enquête révèle que près d’un agriculteur sur trois souhaite s’engager encore davantage dans ces démarches liées à l’agro-écologie. Néanmoins, plusieurs freins ont été relevés par les sondés : en tête, les contraintes réglementaires (72 %) suivis des incertitudes sur le résultat économique (71 %). Les charges de travail et financière sont également rapportées par 67 % des enquêtés.

L’EFAD réalise une grande enquête auprès des diététiciens européens


L’European Federation of the Associations of Dietitians (EFAD), en collaboration avec l’université de Bath (UK), l’European Food Information Council (EUFIC) et White October (UK), lance une grande enquête sur les connaissances et l’utilisation des modifications des habitudes alimentaires par les diététiciens européens dans leur pratique. Les informations collectées permettront d’élaborer une base de données européenne accessible et utilisable par les diététiciens. L’enquête est disponible en anglais et en ligne et les diététiciens sont invités à répondre avant le 30 mars. En bonus, l’EFAD offrira une place tous frais payés pour assister au congrès de l’EFAD qui aura lieu du 21 au 25 octobre prochain à Amsterdam à cinq chanceux tirés au sort.

Pour participer : debate.vizzata.com/bcresources/group/bcsurvey

 

Investir pour réduire l’impact des maladies chroniques

 

Le rapport sur la situation mondiale des maladies non transmissibles 2014 (Global Status Report on non communicable diseases 2014), publié mi-janvier par l’OMS, révèle que chaque année, 16 millions de personnes meurent prématurément (avant l’âge de 70 ans) à la suite de maladies cardiaques et pulmonaires, d’un accident vasculaire cérébral, du cancer ou du diabète. Le rapport affirme que la plupart de ces décès sont évitables et, moyennant un investissement de 1 à 3 dollars des États-Unis (USD) seulement par personne et par an, les pays peuvent considérablement réduire la morbidité et la mortalité imputables aux maladies non transmissibles.

L’indice FAO des prix alimentaires recule en 2014

 

Sur l'ensemble de 2014, l'indice FAO des prix alimentaires (céréales, viande, produits laitiers, huiles végétales et sucre) a enregistré une baisse de 3,7 % par rapport à 2013. En cause : une offre abondante de denrées alimentaires, des stocks record, un dollar plus fort et la chute des cours du pétrole. Ce recul s'est produit malgré la bonne performance du sous-indice de la viande qui a enregistré une hausse de 8,1 % par rapport à 2013. Les cours des céréales, en revanche, ont chuté de 12,5 % par rapport à l'année précédente.

Réservez vos places pour la journée Benjamin Delessert !

 

La 4e journée annuelle Benjamin Delessert aura lieu le 30 janvier 2015 au CNIT, Paris-La Défense. Destinées aux médecins nutritionnistes, diététicien(ne)s, professionnels de santé, ingénieurs des industries agroalimentaires et étudiants, les conférences seront axées sur les thématiques :
•  obésité et reproduction ;
•  diabète et nutrition : quoi de neuf ?

Pour vous inscrire en ligne, consulter le programme détaillé ou pour toute information complémentaire :
Inscription en ligne - Programme - Informations.