Les femmes victimes d’abus durant l’enfance sont davantage touchées par l’obésité à l’âge adulte

Obésité

Nutrition infos

Les femmes ayant étés victimes d’abus sexuels sévères durant leur enfance ont beaucoup plus de chance de souffrir de boulimie à l’âge adulte selon un article publié dans la revue américaine Obesity.

D’après des études conduites aux Etats-Unis, plus d’un tiers des femmes américaines ont subi des violences physiques ou sexuelles avant l’âge de 18 ans. Ces traumatismes n’impacteraient pas uniquement sur la santé mentale des victimes, mais aussi sur leur santé physique. D’autres études ont d’ailleurs montré un lien entre les abus subis durant l’enfance et l’apparition de l’obésité à l’âge adulte, probablement induite par un stress entraînant une consommation abusive, voire incontrôlée, d’aliments réconfortants riches en sucres et en graisses.

Ce sont ces travaux préalables qui on poussé le Dr Susan Mason à se pencher sur le lien entre les abus subis durant l’enfance et les comportements boulimiques chez la femme adulte. L’enquête a été menée en 2009 sur 57 321 femmes adultes,  toutes victimes de violences physiques et/ou sexuelles durant leur enfance. Les résultats ont montré que les femmes ayant subi des violences physiques ou sexuelles avant l’âge de 18 ans présentaient deux fois plus de risques de souffrir de boulimie à l’âge adulte que des femmes n’en ayant pas subi. Le risque étant encore plus fort si elles avaient subi les deux types de violence. L’incidence de boulimie allait de 6 % pour les femmes n’ayant pas connu de violences, à 16 % pour les femmes victimes de violences à la fois physiques et sexuelles durant leur enfance.

Les auteurs de l’étude précisent cependant qu’elle ne fait que donner des pistes de recherche, qu’il faut encore explorer et confirmer.

 

Source : Mason SM et al. Abuse victimization in childhood or adolescence and risk of food addiction in adult women. Obesity. 2013

E.B.

Crédit photo : jnyemb