Les enfants obèses seraient plus réceptifs à la publicité alimentaire

Marketing

Nutrition infos
Une nouvelle étude américaine parue dans Journal of Pediatrics démontre que chez des enfants obèses visionnant des logos alimentaires, l’activation du cortex préfrontal, une zone cérébrale impliquée dans le contrôle cognitif, est moins importante que chez des enfants de poids normal. Ces résultats suggèrent une plus grande vulnérabilité des enfants obèses face au marketing alimentaire.
 
De nombreuses études ont cherché à évaluer l’impact de la publicité sur la consommation. Une étude américaine menée auprès d’élèves de maternelle a notamment mis en évidence que ceux-ci jugent meilleur un même aliment étiqueté d’une marque connue que lorsqu’il est emballé de manière anonyme.
 
Une étude menée chez des enfants de 9 à 16 ans avait permis de classer 239 logos commerciaux selon leur familiarité, leur valeur affective et leur caractère stimulant. À partir de cette étude, les chercheurs ont sélectionné 60 logos alimentaires et 60 logos non-alimentaires afin d’analyser les réponses corticales d’enfants obèses et de poids normal à la vue de ces différents logos. Dix enfants de poids normal (IMC situé au 50ème percentile) et dix enfants obèses (IMC situé au 97,9ème percentile) âgés de 10 à 14 ans ont rempli des questionnaires auto-administrés pour apprécier leur niveau d’impulsivité (Eysenck I6 Junior Questionnaire à 23 items). Les participants ont par la suite subi un examen par imagerie cérébrale fonctionnelle (IRMf), qui permet l’identification des zones cérébrales activées lors de la visualisation d’images, pendant lequel les logos étaient présentés à l’écran en alternance avec des images brouillées.
 
À l’IRMf, lors de la visualisation des logos alimentaires, les chercheurs ont noté une activation marquée des régions cérébrales impliquées dans le contrôle (gyrus frontal moyen et temporal moyen) chez les enfants de poids normal. En revanche, chez les enfants obèses, l’activation concernait les aires spécifiques de la récompense (gyrus post-central et mésencéphale). Ces résultats mettent en évidence une réceptivité potentiellement plus grande des enfants obèses à la publicité sur les produits alimentaires.
 
Source : Bruce AS, et al. Brain responses to food logos in obese and healthy  weight children. J. Pediatr. 2013;162:759-64.
 
Camille Aulas
 

Crédit photo : fastfission - Wikimedia