Bientôt la « crise du poisson » ?

Étiquetage alimentaire

Nutrition infos

Après le scandale du cheval en Europe, c’est au tour du marché américain du poisson d’être au cœur de la tourmente. L’origine de la polémique : une étude de l’ONG Oceana qui révèle une fraude de grande ampleur outre-Atlantique, rapportée ce week-end par lemonde.fr.

Selon cette enquête menée entre 2010 et 2012 sur plus de 1 200 échantillons récoltés dans 21 États américains, un tiers des poissons vendus seraient mal étiquetés et présenteraient un étiquetage non conforme à la réglementation américaine. Bien que de grandes disparités soient observées entre les espèces, aucune ne semble épargnée. Ainsi, le vivaneau obtient la palme avec un taux record d’erreur de 87 % ; le thon quant à lui atteint le score non moins négligeable de 59 % de mauvais étiquetages. Pour le saumon, le mieux noté, « seuls » 7 % des produits ne faisaient pas partie de l’espèce. Dans ce déluge de mauvaises surprises, les auteurs relèvent de nombreux faits inquiétants : par exemple, l’enquête révèle que « 84 % des échantillons de thon blanc prélevés étaient en réalité de l’escolar, une espèce de poisson pouvant provoquer de graves troubles digestifs ». Selon le journal français, l’escroquerie prendrait plusieurs formes : ainsi, certains poissons d’élevages seraient vendus comme étant une espèce sauvage, et donc plus coûteuse (c’est le cas notamment du pangasius vendu comme étant du mérou, de la sole ou de la morue), des espèces en péril seraient ré-étiquetées pour leurs cousines plus communes et certains poissons déconseillés aux femmes enceintes ou aux enfants seraient renommés pour plaire au plus grand nombre. Le rapport a également étudié les différents points de vente et épingle les « restaurants de sushis » qui proposeraient des produits mal étiquetés dans 74 % des cas, contre seulement 18 % dans les magasins d’alimentation.

Selon lemonde.fr, le rapport pointe du doigt un manque cruel de traçabilité de la filière qu’il faudra combler au plus vite.

Source : Lemonde.fr

V.C.-D.

Crédit photo : Sicile2-DB