L’impact des chartes d’engagements volontaires sur les consommateurs

Progrès nutritionnel

Nutrition infos

Le colloque de l’Observatoire de l’alimentation « Qualité nutritionnelle de l’offre alimentaire et reformulation des produits » s’est tenu le 4 décembre au ministère de l’Agriculture, de l’Agro-alimentaire et de la Forêt à Paris. L’occasion de présenter les résultats de l’étude d’impact potentiel des chartes d’engagements volontaires de progrès nutritionnel – signées dans le cadre du Programme national nutrition santé (PNNS) – sur les apports en nutriments de la population française. Les apports avant et après application des reformulations proposées dans le cadre des chartes ont été comparés pour huit nutriments : sodium, sucres, lipides, vitamine D, acides gras saturés, acides gras trans, fibres et calcium.

Des variations d’apports moyens journaliers totaux ont été significativement observées pour chacun des huit nutriments et ce, pour tous les niveaux socio-économiques (à l’exception du calcium) :

- la vitamine D présente les variations d’apports les plus élevées, avec + 2% des apports journaliers recommandés pour les hommes et pour les femmes,

- le sodium montre des variations d’apports, en équivalent sel, de – 1,1 % pour les hommes et de – 0,9 % pour les femmes (une contribution qui représente 3 à 5 % de l’objectif du PNNS2 pour les hommes et 14 % de cet objectif pour les femmes),

- les sucres ont enregistré une évolution de – 0,4 % pour les hommes et les femmes (1,6 % de l’objectif du PNNS2 pour les hommes et pour les femmes),

- les lipides ont vu leur apport diminué de 0,4 % pour les hommes et de 0,3 % pour les femmes (28 % de l’objectif du PNNS2 pour les hommes et 5 % pour les femmes).

Dans le cas du sodium, des sucres et des lipides, les forts consommateurs sont ceux qui présentent des variations d’apports plus élevées par rapport au reste de la population. Les variations d’apports énergétiques moyens journaliers sont de – 0,4 % pour les hommes et de – 0,6 % pour les femmes.

Ces évolutions reflètent uniquement les reformulations faisant l’objet de chartes d’engagements volontaires. Les auteurs de l’étude précisent qu’elles ne représentent donc qu’une fourchette basse de l’impact réel de toutes les reformulations mises en œuvre par les professionnels depuis plusieurs années.

Source : Oqali

F.B.

Crédit photo : G.B.