Critères diagnostiques de la dénutrition : le consensus européen

diagnostic


DR

À l’occasion du 40e congrès de la Société européenne de nutrition clinique et métabolisme (ESPEN), quatre mille spécialistes de la nutrition ont lancé un cri d’alerte à l’intention des systèmes de santé et des gouvernements concernant la dénutrition et le risque de complications associés. Ils ont également dévoilé un consensus mondial sur les éléments à recueillir pour la repérer.

Ils rappellent ainsi que la dénutrition est souvent progressive, et lorsqu’elle devient évidente, il est parfois déjà trop tard pour intervenir. Jusqu’ici, les outils de dépistage et critères de diagnostic différaient un peu selon les pays et étaient parfois considérés comme compliqués à mettre en oeuvre par les non-spécialistes. Grâce à l’initiative de 4 sociétés savantes internationales qui ont constitué un groupe d’experts (le GLIM), cinq critères ont été retenus pour diagnostiquer et comprendre la dénutrition chez un patient :

  • la perte de poids involontaire (avec des seuils de gravité -5%, -10%...) ;
  • la diminution de l’indice de masse corporelle (poids/taille²), en fonction de l’âge ;
  • la diminution de la masse musculaire ;
  • la réduction des apports alimentaires par rapport à l’habitude ;
  • le niveau d’inflammation ou le type de maladie.

Il suffit de quelques minutes pour interroger le patient ou son entourage, le peser et observer son état clinique. Le diagnostic reste possible même si certains éléments font défaut.

Texte intégral du consensus en accès libre : https://doi.org/10.1016/j.clnu.2018.08.002signature