L'arrêté recommandant l'utilisation du "nutri-score" est signé

ÉTiquetage nutritionnel


DR

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, et Benjamin Griveaux, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances ont signé fin octobre l’arrêté recommandant l’utilisation du « Nutri-score », dispositif d’étiquetage nutritionnel pour les produits alimentaires. 

Ce repère graphique synthétise en 5 classes le score nutritionnel des aliments. Allant du A vert foncé (« meilleure qualité nutritionnelle ») au E orange foncé (« moins bonne qualité nutritionnelle), Nutri-score fournit au consommateur une information sur la qualité nutritionnelle globale des produits, au moment où il fait ses courses et lui permet de comparer les produits au sein d’un même rayon. Cette information peut ainsi devenir un élément du choix alimentaire au même titre que le prix, la marque, la présentation ou le goût afin de favoriser l’accès à une alimentation équilibrée. Pour Stéphane Travert, « en offrant une meilleure information au consommateur, l’étiquetage nutritionnel simplifié va participer à l’évolution des pratiques de consommation et contribuer à l’amélioration de l’offre de produits transformés dans le sens d’une alimentation plus favorable à la santé ». Ainsi que l’impose la réglementation européenne, l’application du système d’information nutritionnelle est facultative et repose sur le volontariat des entreprises de l’agroalimentaire et des distributeurs. Auchan, Leclerc, Intermarché, Fleury Michon, Danone et Mc Cain se sont d’ores et déjà associés à cette démarche et utilisent le Nutri-score pour leurs produits.   VCD