Fipronil : une situation sous contrôle

alerte


© fotokon - istock

Dans le cadre de la gestion de la crise liée à l’usage frauduleux de fipronil, une quarantaine de produits font désormais l’objet d’un retrait du marché en raison d’une concentration en fipronil supérieure à la limite autorisée (LMR = 0,005 mg/kg de produit). Leur liste exhaustive est disponible sur agriculture.gouv.fr.

« Bien que ne présentant pas de risque pour la santé, ils sont listés dans un souci d’information du consommateur », explique le gouvernement. Celui-ci ajoute que cette liste évolutive et sera complétée au fur et à mesure des confirmationsde la présence de fipronil (confirmation apportée par le fournisseur d’un produit ou obtenue dans le cadre des contrôles officiels réalisés par les autorités nationales françaises ou d’un autre État membre).À ce stade, les contrôles et inspections menés n’ont identifiés aucune matière première ou produit élaboré présentant des concentrations supérieures à la dose de référence aiguë (ARfD), seule susceptible d’entraîner des troubles graves en cas d’ingestion de denrées contaminées.

Parallèlement, Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, a présenté le bilan des enquêtes en élevage de poules pondeuses diligentées sur notre territoire. Les résultats sont rassurants : aucun usage des produits falsifiés contenant du fipronil et incriminés en Belgique et aux Pays-Bas n’aura été mis en évidence en France, hormis un élevage situé dans le Pas-de-Calais ayant spontanément déclaré l’utilisation d’un produit falsifié par un prestataire belge. Il est rappelé que les denrées alimentaires issues de cet élevage (œufs et viande) n’ont pas été mises sur le marché. Concernant l’usage de médicaments vétérinaires à base d’amitraze (pouvant être utilisés dans le traitement contre les poux rouges) dans certains élevages de pondeuses, aucun résidu d’antiparasitaire n’a été retrouvé dans les œufs.

Source : ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

VCD