Logo Nutri-score : le satisfecit de Marisol Touraine

CONSOMMATION


DR

L’étude sur l’impact de l’étiquetage nutritionnel initiée en septembre 2016 vient de conclure à l’intérêt et l’efficacité du logo Nutri-score. Dans un communiqué publié le 15 mars, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, se félicite des résultats de l’étude et annonce que le choix du logo sera pris par arrêté dès le mois d’avril. Ce dernier sera « recommandé »aux entreprises de l’agroalimentaire et aux distributeurs.

Cette étude, évaluée par un comité scientifique indépendant, a été conduite dans 60 supermarchés de quatre régions de France pendant dix semaines ; elle visait à l’évaluation comparative de quatre systèmes d’étiquetage nutritionnel, en conditions réelles d’achat, et leur impact sur la qualité nutritionnelle du panier d'achat des Français. Les résultats concluent d’une part à l’efficacité de trois des systèmes testés, Nutri-Couleurs, Nutri-score et SENS : «[Ces derniers] ont sans ambiguïté un effet positif au regard du critère qu’a retenu le comité scientifique, à savoir le score FSA* ». L’étude relève par ailleurs la « supériorité d’ensemble assez nette » pour Nutri-Score et juge ce système « le plus efficace ».

Une seconde étude expérimentale, réalisée entre novembre et décembre 2016 sur 809 participants, confirme ces résultats et valide l'impact des logos nutritionnels sur le comportement d'achat des individus. Elle confirme elle aussi l’efficacité du système Nutri-score, tout particulièrement sur le tiers des consommateurs ayant les revenus les plus faibles.

« Avec la loi de modernisation de notre système de santé, j’ai donné une impulsion forte en faveur de la prévention et de la lutte contre les inégalités de santé, commente Marisol Touraine, dans le communiqué. La nutrition est un déterminant majeur de la santé (…). Elle est aussi un profond marqueur des inégalités sociales de santé (…). Aujourd’hui, nous franchissons une étape majeure : pour la première fois, l’intérêt d’un logo nutritionnel et l’efficacité du logo Nutri-score sont démontrés ».

Le ministère annonce par ailleurs qu’il s’appuiera sur ce rapport pour finaliser le cahier des charges qui sera adressé à l'Agence nationale de sécurité sanitaire des aliments (Anses) pour avis. Rappelons que l’Anses, quant à elle, avait estimé en février 2017 que « la pertinence nutritionnelle » de ces systèmes d'étiquetage n'était pas démontrée.

LAK