Manger entre collègues permettrait d’améliorer les performances

RECHERCHE


© Izabela Habur – istock

Manger entre collègues permettrait d’obtenir de meilleures performances au sein d’une équipe, selon une étude menée par l’Université de Cornell (États-Unis).

Les entreprises investissent beaucoup d’argent dans le but d’améliorer la qualité de vie des employés au travail et ainsi favoriser de meilleures performances. Cet investissement passe par la mise en place de restaurations d’entreprises haut de gamme ou bien la présence de repas préparés par un traiteur. « Manger ensemble représente un acte plus intime que de regarder une feuille de calcul Excel ensemble», souligne le Pr. Kniffin, de l’Université de Cornell, aux États-Unis. De plus, « Manger ensemble est à l’origine d’une tradition longue et primitive permettant une intégration sociale. Cela semble continuer aujourd’hui au sein des lieux de travail», ajoute-t-il.

Fort de ces constations, le Pr Kevin Kniffin et son équipe ont mené une étude durant 15 mois auprès de 50 casernes de pompiers. Les auteurs de ce travail ont pu mettre en évidence que les sections de pompiers qui mangeaient ensemble effectuaient un meilleur travail d’équipe et étaient plus efficaces que des pompiers mangeant seuls. Cette étude a révélé que manger entre collègues permettait d’obtenir de meilleures performances au sein d’une équipe. Lors d’une interview, les pompiers affirmaient que les repas de groupe représentaient une activité centrale durant leurs rotations. Les pompiers débutantà 18 heures auront généralement deux repas, un avec leurs familles et un avec l’équipe. « Pour moi, il s’agit d’un bon exemple de l’importance d’un groupe. C’est comparable à une famille » conclut le Pr Kniffin. 

Les recherches ont permis de mettre aussi en avant les différentes conduites des pompiers. Lorsque ces derniers ne mangeaient pas ensemble, cela peut révéler un problème plus profond dans la façon dont le groupe travaille. 

Source : Cornell university food and brand lab.

Eva Guenaire