Manger épicé réduirait le risque de mortalité

RECHERCHE


©iStock_pidjoe

Une étude récemment publiée dans le British Medical Journal révèle que la consommation régulière de plats épicés réduirait les risques de mortalité.

Cette étude a été réalisée auprès de 500 000 chinois âgés de 30 à 79 ans. Le suivi s’est échelonné de 2004 à 2013, période au cours de laquelle 11 820 hommes et 8 404 femmes sont décédés. Les participants ont été interrogés sur leur fréquence de consommation de produits épicés que ce soit sous forme de piment frais, piment séché, sauce pimentée… Les personnes consommant des plats épicés une à deux fois par semaine ont révélé un taux de mortalité réduit de 10 % par rapport aux participants consommant des produits moins d’une fois par semaine. Les personnes consommant des produits épicés plus de 3 fois par semaine, avaient quant à elles un taux réduit de 14 %. Les chercheurs ont présumé qu’il existe un seuil au-delà duquel une consommation supérieure de produits épicés n’augmentait plus la réduction de la mortalité. Des résultats similaires ont pu être observés entre les plats épicés et la mortalité liée aux cancers, maladies respiratoires ainsi qu’à des cardiopathies ischémiques.

Les bénéfices sont d’autant plus importants pour une consommation de piments frais. Ces derniers contiennent de la capsaïcine ayant un rôle protecteur contre l’obésité, l’inflammation, la survenue de cancer et l’hypertension artérielle. De plus, les épices possèdent des propriétés antimicrobiennes et joueraient un rôle important sur le microbiote intestinal.

Toutefois, des études prospectives  menées auprès d’autres populations sont nécessaires pour généraliser ces résultats et établir une relation de causalité dans le but, à terme, d’établir des recommandations diététiques ad hoc.

Source:  Lv J, et al. Consumption of spicy foods and total and cause specific mortality : population based cohort study. British Medical Journal 2015;351:h3942.
 

Eva Guenaire