Des mycotoxines dans les compléments alimentaires issus de plantes : un risque pour la santé

RECHERCHE


© ma-k - istock

Des chercheurs tchèques et américains ont mis en avant la contamination par des mycotoxines de certains compléments issus des plantes. Dans cette étude publiée dans le Journal of agriculture and food chemiser, 96 % des compléments testés contenaient des mycotoxines.

Les mycotoxines « sont produites par certaines moisissures (ou champignons) sur les plantes […] Seule une trentaine possède des propriétés toxiques », explique l’Anses dans un rapport. Cette production de toxines résulte de conditions de culture, de récolte ou de stockages non optimales des plantes pouvant être à l’origine d’une contamination des préparations ou des extraits végétaux utilisés. 
 
Afin d’étudier la contamination de compléments alimentaires, une équipe de chercheurs a recueilli soixante-dix échantillons ont étés recueillis sur des marchés tchèques et américains. Ils ont divisés ces produits en trois catégories en fonction de leurs objectifs santé  : 
  • maintien de la fonction hépatique (à base de chardon Marie)
  • diminution des effets néfastes liés à la ménopause (à base de trèfle rouge, graine de lin et soja)
  • amélioration de la santé en général : immunité, vitalité, système cardiovasculaire (à base d’orge vert, orties, baie de goji, yucca…).

Selon les auteurs de ce travail, les résultats sont alarmants, puisque 96% des échantillons testés contenaient des mycotoxines. Les plus contaminés sont ceux à base de chardon Marie, « sur trente-deux échantillons analysés tous contenaient au minimum une mycotoxine et 58% d’entre eux contenaient un "cocktail" de plus de douze mycotoxines » affirment les scientifiques. Même constat pour les compléments phytoestrogéniques, où tous les échantillons contenaient une mycotoxine et un tiers en contenaient huit à onze.
Le troisième groupe serait en revanche moins touché par le cocktail de contaminants.
 
Pour l’heure, les auteurs rappellent que l’usage des plantes dans les compléments alimentaires n’est pas harmonisé au niveau européen, mais que des doses journalières tolérables (DJT) sont fixées en  μg/kg de poids corporel (par la Direction Générale pour la Santé et la Protection des Consommateurs de la Commission Européene). La problématique actuelle réside aussi dans la connaissance des dangers des mycotoxines dans les compléments alimentaires et de l’impact toxicologique de tels « cocktails » sur la santé humaine.

Source : Veprikova Z. et al. Mycotoxins in Plant-Based Dietary Supplements: Hidden Health Risk for Consumers. J Agric Food Chem. 2015 Jul 29;63(29):6633-43.

Élisa Joaquin