OptiNutriBrain : un laboratoire international consacré aux liens entre nutrition et santé cérébrale

recherche


©Marc Robitaille (Université Laval)

L’université Laval (Québec), l’université de Bordeaux et l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) annoncent la création du Laboratoire international associé (LIA) ayant pour objectif l’étude des effets de la nutrition sur la santé du cerveau. L’inauguration d’OptiNutriBrain a eu lieu le 12 novembre 2015 à l’Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels (INAF).

Le laboratoire sera codirigé par Frédéric Calon, professeur à la Faculté de pharmacie et chercheur à l’INAF de l’université de Laval ainsi que par Sophie Layé, neurobiologiste, directrice de recherche à l’Inra et directrice de l’unité NutriNeuro. Ils ont respectivement étudié et démontré les effets bénéfiques des oméga-3 sur les symptômes des maladies dégénératives tels que la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson et les accidents vasculaires cérébraux. « Nos programmes de recherche se complètent très bien, ce qui nous permet de couvrir les liens entre la nutrition et la santé du cerveau à tous les âges de la vie, depuis le développement cérébral de l’enfant jusqu’aux maladies neurodégénératives liées au vieillissement », souligne le Pr Calon.

Les recherches porteront sur :

  • la façon dont une alimentation déficiente durant l’enfance affecte la santé cérébrale à long terme et la réversibilité de ces effets par le biais d’une approche nutritionnelle ;
  • l’évaluation des conséquences d’une nutrition déséquilibrée sur le développement des différentes pathologies psychiatriques et neurodégénératives ;
  • le développement des stratégies nutritionnelles personnalisées afin de prévenir les maladies psychiatriques et neurodégénératives ;
  • l’étude des propriétés des différentes molécules bioactives potentiellement bénéfiques pour la santé du cerveau tels que les acides gras polyinsaturés, les polyphénols, les acides aminés ramifiés, les prébiotiques et les probiotiques.

« Au cours des prochaines années, les questions touchant la nutrition et la santé du cerveau vont devenir prioritaires compte tenu du vieillissement de la population et de la popularité croissante des approches nutritionnelles plutôt que pharmacologiques pour prévenir la dégénérescence du cerveau », souligne le Pr Calon. Nul doute que le laboratoire apportera sa pierre à l'édifice.

Source : Inra

Eva Guenaire