Emballages alimentaires : les dangers du four à micro-ondes

consommation


© iStock_Maximkostenko

Un chauffage à puissance trop élevée au four à micro-ondes « augmente le risque de migration des substances contenues dans les emballages vers les aliments », selon les résultats d’une étude menée par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail en partenariat avec l’Institut national de la consommation.

L’explosion de la restauration hors foyer et la modification des habitudes alimentaires des dernières décennies ont conduit à l’apparition d’une large gamme de produits alimentaires pensés pour être pratiques, transportables partout et rapidement consommés grâce à l’utilisation du micro-ondes. 

Les emballages de ces produits, quel que soit le type d’aliment emballé, contiennent très souvent du polypropylène. Les essais ont été menés dans trois conditions de réchauffage (température ambiante, suivant les préconisations du fabricant et en conditions poussées) et ont révélé la présence de POSH (oligomères de polyoléfines pouvant être utilisés en tant que lubrifiants) dans plusieurs échantillons conservés à température ambiante. Cette teneur est majorée lors du réchauffage, surtout en conditions plus poussées (température plus élevée et durée allongée).

Il est donc recommandé aux consommateurs de bien respecter les indications de puissance et de durée de cuisson figurant sur l’emballage et d’éviter d’utiliser des emballages abimés ou usés. 

Quelques conseils de l’Anses
• Vérifier la compatibilité de l’emballage avec un four à micro-ondes et le bon état de l’emballage.
• Ne pas recycler d’emballages à usage unique en récipients micro-ondables.
• Privilégier un temps de réchauffage long mais à faible puissance.
• Éviter l’utilisation du four à micro-ondes pour réchauffer des biberons.

Source : Anses

Élisa Joaquin