Fortes chaleurs : privilégier l’eau aux boissons sucrées pour s’hydrater

HYDRATATION


© ICCR

En apportant des calories inutiles, la surconsommation des boissons sucrées augmente l'apport énergétique et participe ainsi à l'épidémie d'obésité, selon EHLA France. En ces périodes de fortes chaleurs, l’association recommande donc de consommer de l’eau en priorité pour s’hydrater. 

Dans une conférence diffusée par l'Alliance France pour un mode de vie sain (EHLA), une initiative de la Chaire Internationale sur le Risque Cardiométabolique (ICCR) (cf. video), le Pr. Luc Tappy, professeur de physiologie à la Faculté de Biologie et Médecine à l'Université de Lausanne (Suisse) alerte sur les dangers des boissons sucrées sur la santé et en particulier sur le risque d’obésité. Selon le scientifique, ces boissons ne procurent pas l'effet de satiété que l'on retrouve dans les aliments et stimulent l'appétit vers des aliments caloriques. Pour le chercheur, il faut apprendre à mieux consommer ces boissons :« Il faut réduire l'apport calorique dans les boissons de façon naturelle. Les boissons sucrées ne sont pas à bannir catégoriquement, c'est un plaisir qui doit être consommé occasionnellement », explique-t-il.

Le meilleur moyen d'avoir une hydratation saine serait donc de boire de l'eau. Le scientifique préconise également la consommation de thé et de café sans sucre ajouté. Classés par le scientifique parmi les boissons à risque d’obésité, les jus de fruits pourraient néanmoins servir à court terme de boissons de substitution pour passer des boissons sucrées à l'eau. Les boissons light reste en revanche à consommer avec modération « car elles suscitent l'envie de consommer du sucre et leurs effets sur la santé sur le long terme sont encore méconnus », justifie le Pr Tappy.

Un excès calorique

Les boissons sucréesne sont pas les seules responsables des risques d'obésité, de diabète de type 2 et des maladies cardiovasculaires, selon l’association. « Accuser le sucre d'être le seul aliment fautif, responsable de l'épidémie d'obésité et de diabète présente un risque », explique le professeur. Le problème porterait sur le cumul des calories inutiles entre les boissons sucrées et une alimentation trop riche en calories. « C'est comme si vous mangiez deux fois votre repas » alerte Luc Tappy. Le plus important est de surveiller la quantité et favoriser la qualité des aliments », garantit le Pr. Tappy. Outre une bonne alimentation et une hydratation saine, il est important de pratiquer une activité physique régulière et de contrôler son tour de taille. »

En 2030, la moitié de la population française sera-t-elle obèse ?

Le nombre de cas d'obésité en France se situerait aujourd'hui entre 10 et 15% et seraiten croissance constante. « Cette augmentation est plus importante que dans les autres pays de l'OCDE depuis ces 5 dernières années ; pouvant atteindre jusqu'à la moitié de la population d'ici 2030 », alerte EHLA France.Pour l’association, les causes principales sont les facteurs environnementaux : la sédentarité, l’évolution des marchés de l’emploi et des conditions de travail (avec des emplois de plus en plus sédentaires et des temps accordés au repas de plus en plus courts) et les produits de consommation. « La balance énergétique s'est modifiée. Par rapport au poids que les individus avaient il y a une trentaine d'année, ils ont eu une surconsommation d'environ 400 à 500 kilocalories par jour », conclut le Luc Tappy.