Sécurité alimentaire : les Français sont plus confiants

sécurité sanitaire


S.A.

À la demande de l’Anses, le Crédoc a réalisé une enquête sur la perception des Français des risques sanitaires. Cette deuxième édition révèle que début 2013, les Français étaient moins inquiets concernant les produits de leur quotidien qu’en 2011, date de la première enquête.

Entre mi décembre 2012 et mi février 2013, plus de 2000 personnes âgées de 18 ans et plus et représentatifs de la population française ont été interrogées en face à face. Les sondés ont été questionnés sur la confiance accordée à certains produits ou milieux (l’eau, les aliments, les nanomatériaux entre autres), leur sentiment vis-à-vis de la connaissance des risques par les scientifiques dans plusieurs domaines (sécurité sanitaire des aliments, déséquilibre alimentaire, OGM, etc.) et leur degré de confiance dans les recommandations réalisées par les agences de sécurité nationale notamment dans le domaine de l’alimentation et la nutrition.

Sur l’ensemble de ces trois thématiques, les Français se montrent plus confiants. « Sur une liste de quatorze produits, tels que les aliments frais, l’air dans les logements, les compléments alimentaires, etc., sept d’entre eux ont gagné entre +5 et +9 points de confiance depuis 2011 », peut-on lire dans le rapport. 83 % des Français considèrent les aliments frais comme sûrs (assez sûrs ou très sûrs), soit 8 points de plus qu’en 2011. Pour l’eau du robinet, ils sont 70 %, soit 4 points de plus qu’en 2011.  Comme en 2011, les Français manifestent davantage de confiance dans les produits de leur quotidien mais restent plus inquiets concernant les « produits emprunts de nouveautés tels que les nanomatériaux ou des produits qui ont subi de nombreuses transformations tels que les compléments alimentaires ou les aliments transformés ». Ainsi, seuls 47 % des Français, soit 9 point de plus qu’en 2011, estiment que les compléments alimentaires sont des produits sûrs. La confiance des Français pour les produits transformés de type plats préparés, surgelés restent stable (39 % les considèrent sûrs). Concernant les nanomatériaux, seuls 20 % des Français restent confiants, 4 points de plus qu’en 2011.

L’image des scientifiques s’est également améliorée

« Quatre Français sur cinq considèrent que l’impact d’une alimentation déséquilibrée sur la santé est bien connu des scientifiques et 28 % disent même qu’il est très bien connu. » Comme pour les produits, la déviance des consommateurs vise davantage les matériaux innovants (50 % contre 46 % en 2011) et les OGM (50 % contre 44 % en 2011).

Des agences crédibles

Les agences officielles bénéficient également d’une meilleure crédibilité même si la confiance accordée par les consommateurs reste mitigée. « Environ deux tiers des Français disent qu’ils accordent un degré de confiance « moyen » aux avis et recommandations des agences dans le domaine de l’alimentation et la nutrition », avec 66 % des répondants, soit un point de plus qu’en 2011. Ils sont 23 %, soit un point de plus qu’en 2011, à présenter un degré de confiance élevé.
Enfin, l’enquête révèle que les personnes les moins inquiètes sont également celles qui qui accordent le plus de crédit aux scientifiques et aux agences de sécurité sanitaire : ce sont fréquemment des jeunes et des étudiants.

Source : Credoc. Baromètre de la perception des risques sanitaires – 2013.